AFIN QUE NOUS PUISSIONS VOUS OFFRIR UN CONTENU ADÉQUAT, VEUILLEZ CONFIRMER:
The following content is restricted for healthcare professionals only.
You will be redirected.
The following content is restricted for consumers only.
You will be redirected.
AFIN QUE NOUS PUISSIONS VOUS OFFRIR UN CONTENU ADÉQUAT, VEUILLEZ CONFIRMER:
Vous allez être dirigé vers votre espace.
Ce contenu n'est accessible qu'aux professionnels de santé.
Vous allez être dirigé vers votre espace.

Problèmes
d’alimentation

feeding-difficulties

La sous-nutrition est fréquente chez les enfants atteints de paralysie cérébrale. C’est pourquoi l’évaluation des apports alimentaires et liquidiens est fondamentale aux fins d’élaboration d’un plan de soins nutritionnels.

Il existe différentes façons d’évaluer l’apport alimentaire d’un enfant dont le suivi du régime alimentaire sur 3 jours ou le bilan des aliments consommés durant les 24 dernières heures.

Déterminer si le patient a des problèmes d’alimentation

Résoudre les problèmes d’alimentation peut éviter la sous-nutrition, les problèmes de croissance, les carences en micronutriments, l’ostéopénie et les comorbidités nutritionnelles1.

Poser les questions suivantes aux soignants peut vous aider à mieux évaluer la situation2:

  • Le temps que vous prenez à nourrir votre enfant dépasse-t-il 30 minutes?
  • Comment décririez-vous les repas? Les repas sont-ils stressants pour vous et votre enfant?
  • Avez-vous remarqué une diminution dans le gain de poids au cours des deux ou trois derniers mois, en particulier au cours des deux premières années de vie?
  • Votre enfant a-t-il des antécédents de maladie respiratoire?
  • Avez-vous observé une congestion nasale accrue au moment des repas?
  • Avez-vous remarqué un changement dans la qualité de la voix de votre enfant pendant les repas?

Si possible, cernez les problèmes d’alimentation spécifiques de votre patient atteint de paralysie cérébrale en observant comment il s’alimente.

Si vous soupçonnez des problèmes de déglutition chez l’enfant, il vaut mieux le faire évaluer par une équipe multidisciplinaire locale de spécialistes formée en évaluation et en traitement de la dysphagie. Il pourra être aiguillé vers un spécialiste qui effectuera une évaluation approfondie de la déglutition par vidéofluoroscopie, également connue sous le nom de gorgée barytée modifiée, ou par une endoscopie flexible par voie nasale2,3.

assessment flowchart

Références:

  1. Romano C et coll. European Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition Guidelines for the Evaluation and Treatment of Gastrointestinal and Nutritional Complications in Children with Neurological Impairment. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2017; 65(2): 242-264.
  2. Scarpato E et coll. Nutritional assessment and intervention in children with cerebral palsy: a practical approach. Int J Food Sci Nutr. 2017; 68(6): 763-770.
  3. National Institute for Health and Clinical Excellence. Cerebral palsy in under 25s: assessment and management. Full Guideline. NG62. 2017. Consulté le 7 novembre 2018 à: https://www.nice.org.uk/guidance/ng62/evidence/full-guideline-pdf-4357166226.

Les problèmes de déglutition (ou dysphagie) sont préoccupants chez les enfants atteints de maladies neurologiques et toucheraient jusqu’à 90 % des enfants atteints de paralysie cérébrale1. Bien que les problèmes de déglutition chez les enfants atteints de paralysie cérébrale varient dans leurs caractéristiques et leur gravité, ils entraînent toujours des répercussions cliniques et sociales allant des risques liés à la déglutition proprement dite à la qualité de vie en passant par l’efficacité ou la capacité à hydrater correctement l’enfant et à le faire consommer des quantités adéquates d’aliments1,2,3.

Les enfants atteints de dysphagie peuvent avoir des difficultés à avaler des aliments et des liquides particuliers. Bien que le degré et la gravité de la dysphagie et de ses conséquences en matière de nutrition varient, même des enfants présentant une légère paralysie cérébrale peuvent être atteints de dysphagie. Les enfants présentant des troubles moteurs graves généralisés (par exemple, une quadriplégie spasmodique) sont enclins à souffrir de déficits de déglutition plus prononcés3.

Les signes et symptômes de la dysphagie peuvent inclure les suivants1-3:

Signes physiques Comportement
Tousse ou s’étouffe en mangeant Change ses habitudes par rapport au fait de manger ou de boire, soudainement ou progressivement
Change de couleur dans le visage quand il mange ou boit Refuse de manger
Se fatigue durant les repas Évite certains aliments ou certaines boissons
A de la difficulté à garder les aliments dans sa bouche Prend beaucoup de temps pour manger ou boire
Garde une quantité excessive d’aliments dans sa bouche Veut manger seul
Tousse pendant et après les repas
Ne prend pas de poids ou ne grandit pas suffisamment
A des infections thoraciques récurrentes
Présente des troubles respiratoires
Transpire durant les repas

Une anamnèse et une évaluation approfondies peuvent aider à déterminer si un enfant atteint de paralysie cérébrale souffre de dysphagie. Les outils d’évaluation comprennent ce qui suit2-4:

  • Historique détaillé des repas et des collations comprenant les signes et symptômes cliniques signalés pendant et après la prise d’aliments ou de liquides, la crainte ou l’évitement des repas et les périodes de repas stressantes et prolongées
  • Examen physique et neurologique, et antécédents médicaux tenant compte notamment des infections respiratoires récurrentes et du profil de prise de poids et de croissance
  • Observation des repas
  • Gorgée barytée modifiée (vidéofluoroscopie)
  • Endoscopie flexible par voie nasale

En plus de mener à la malnutrition et à la déshydratation, la dysphagie peut avoir une incidence sur la qualité de la vie de l’enfant et causer des troubles respiratoires comme la pneumonie par aspiration récurrente2-4. Chez certains enfants, l’aspiration peut être silencieuse et ne pas stimuler de toussotement, ce qui rend la détection difficile et exige une attention à l’égard des signes cliniques et des antécédents médicaux3.

Compte tenu du caractère multidimensionnel de la dysphagie, sa gestion exige la collaboration d’une équipe multidisciplinaire.

Les stratégies visant à gérer la dysphagie peuvent exiger d’adapter la texture et la consistance des aliments et des liquides du patient et de porter attention à sa posture durant et après les repas.

→POUR PLUS DE DÉTAILS SUR LA FAÇON D’ADAPTER LA TEXTURE ET LA CONSISTANCE, CONSULTEZ LA SECTION LIÉE AUX SOLUTIONS NUTRITIONNELLES

Références:

  1. Marchand V. Comité de nutrition et de gastroentérologie de la Société canadienne de pédiatrie. Nutrition in neurologically impaired children. Paediatr Child Health. 2009; 14(6): 395-401.
  2. Van den Engel-Hoek L, de Groot IJ, de Swart BJ et Erasmus CE. Feeding and Swallowing Disorders in Pediatric Neuromuscular Diseases: An Overview. J Neuromuscul Dis. 2015; 2(4): 357-369.
  3. Arvedson JC. Feeding children with cerebral palsy and swallowing difficulties. Eur J Clin Nut. 2013; 67: S9-12.
  4. National Institute for Health and Clinical Excellence. Cerebral palsy in under 25s: assessment and management. Full Guideline. NG62. 2017. Consulté le 7 novembre 2018 à: https://www.nice.org.uk/guidance/ng62/evidence/full-guideline-pdf-4357166226.

Le reflux gastro-oesophagien, également connu sous l’acronyme RGO, est un autre trouble de l’alimentation répandu1,2. Il survient lorsque le contenu de l’estomac remonte dans l’oesophage. Le reflux gastro-oesophagien peut causer des douleurs, des vomissements et des blessures à l’oesophage, car le liquide qui remonte contient de l’acide de l’estomac ainsi que des enzymes et de la bile. Le reflux gastro-oesophagien peut être contrôlé au moyen de stratégies nutritionnelles et de médicaments offerts sur ordonnance.

On peut également atténuer le reflux gastro-oesophagien par des recommandations en matière de mode de vie, comme placer l’enfant dans une bonne position lorsqu’il mange et éviter de le coucher immédiatement après les repas.

Les épisodes récurrents de reflux gastro-oesophagien peuvent être très néfastes pour les enfants et les stratégies nutritionnelles doivent être adaptées en conséquence. Les enfants atteints de paralysie cérébrale sont exposés à un risque accru de reflux gastro-oesophagien en raison de complications telles qu’une baisse du tonus du sphincter inférieur de l’oesophage, le retard de la vidange gastrique, la déficience de la motilité oesphagienne, une mauvaise posture, des convulsions récurrentes, une scoliose et la prise de divers médicaments3.

Références:

  1. Penagini F et coll. Dietary Intakes and Nutritional Issues in Neurologically Impaired Children. Nutrients. 2015;7(11):9400-15.
  2. Sullivan PB. Gastrointestinal disorders in children with neurodevelopmental disabilities. Dev Disabil Res Rev. 2008;14(2):128-36.
  3. Kim S et coll. Gastroesophageal Reflux in Neurologically Impaired Children: What Are the Risk Factors? Gut Liver. 2017;Mar15;11(2):232-36.

Les enfants peuvent aussi présenter d’autres problèmes associés à la paralysie cérébrale dont les suivants:

Constipation

Jusqu’à 74 % des enfants ayant une incapacité grave souffrent de constipation1.

Les facteurs contributeurs sont les suivants1:

  • Réduction de l’apport de liquides et de fibres
  • Motilité intestinale anormale
  • Immobilité prolongée
  • Anomalies de l’appareil locomoteur
  • Hypotonie généralisée (diminution du tonus musculaire)

La constipation récurrente peut mener à des nausées chroniques, des vomissements, des douleurs abdominales et, ultimement, à une réduction de l’apport alimentaire1. Un enfant constipé peut refuser de manger à cause de la douleur abdominale qu’il ressent et son apport en éléments nutritifs peut de ce fait ne pas être suffisant pour assurer une croissance et un développement adéquats1.

Obésité

Dans certains cas de mobilité très réduite, les enfants atteints de paralysie cérébrale présentent un risque accru d’obésité.

Les enfants en surpoids qui ont un indice de masse corporelle supérieur au 95e percentile présentent un risque accru d’obésité et doivent suivre un plan nutritionnel personnalisé.

Il est important de diagnostiquer et de traiter les maladies connexes tout en gérant les défis liés à la paralysie cérébrale. Des solutions nutritionnelles spécifiques constituent une partie essentielle d’un plan de traitement holistique global.

→CLIQUEZ ICI POUR CONSULTER NOTRE SECTION SUR LES SOLUTIONS NUTRITIONNELLES

Références:

  1. Penagini F et coll. Dietary Intakes and Nutritional Issues in Neurologically Impaired Children. Nutrients. 2015;7(11):9400-15.