AFIN QUE NOUS PUISSIONS VOUS OFFRIR UN CONTENU ADÉQUAT, VEUILLEZ CONFIRMER:
The following content is restricted for healthcare professionals only.
You will be redirected.
The following content is restricted for consumers only.
You will be redirected.

Solutions
nutritionnelles

nutritional-strategies

Procurer une alimentation optimale à des enfants atteints de paralysie cérébrale contribue à améliorer leur état nutritionnel et leur état de santé général1.

Les enfants atteints de paralysie cérébrale exigent souvent des interventions nutritionnelles spécifiques. Les indicateurs qui aident à déterminer si l’enfant a besoin d’une intervention nutritionnelle sont les suivants2:

  • Aucun gain de poids ou aucune croissance
  • Écart par rapport à la «courbe de croissance» établie
  • Faibles réserves de graisse corporelle et faible poids par rapport à la taille ou la longueur
  • Alimentation orale prolongée ou stressante
  • Signes d’aspiration pulmonaire ou de déshydratation
  • Preuves de carences en micronutriments

Les soignants jouent un rôle déterminant dans la fourniture de la solution nutritionnelle recommandée lorsque vous avez déterminé les besoins médicaux de l’enfant. Les enfants atteints de paralysie cérébrale dépendent énormément de la compréhension et du respect de vos recommandations par les soignants1.

Plus vous communiquez avec les soignants, plus il y a de chances que le plan nutritionnel soit mis en oeuvre avec succès à la maison.

Vous trouverez dans la section suivante des renseignements utiles sur l’évaluation et les recommandations nutritionnelles pour les enfants atteints de paralysie cérébrale.

Le choix d’une stratégie nutritionnelle ainsi que d’un mode d’administration dépend des facteurs suivants2:

  • L’état nutritionnel de l’enfant
  • Les exigences nutritionnelles de l’enfant
  • La capacité de l’enfant à consommer des quantités adéquates d’aliments et de liquides par voie orale
  • Le risque d’aspiration pulmonaire

Avant de recommander une stratégie nutritionnelle, les exigences nutritionnelles de l’enfant doivent être soigneusement évaluées. Plusieurs spécialistes peuvent participer à cette évaluation générale pour établir la meilleure stratégie nutritionnelle. Il est essentiel d’inclure un diététiste et un orthophoniste dans l’équipe afin de fournir une solution nutritionnelle complète.

Les exigences nutritionnelles varient selon les déficiences physiques, les problèmes d’alimentation, la composition corporelle et le niveau d’activité physique2.

L’évaluation anthropométrique constitue la première étape et celle-ci vise à déterminer les besoins énergétiques. De préférence, la mesure du poids doit être effectuée à l’aide d’un pèse-personne numérique, mais, si l’enfant n’est pas en mesure de se tenir debout, l’utilisation d’un pèse-personne pour fauteuil roulant est recommandée3. La taille des enfants âgés de moins de deux ans ou n’étant pas en mesure de se tenir debout devrait être obtenue par la mesure de la longueur en position inclinée ou des mesures par segment3.

Pour la composition corporelle, le meilleur procédé est de l’estimer au moyen de l’absorptiométrie biénergétique à rayons X (DXA). Lorsque cette méthode s’avère trop coûteuse ou non disponible, on recommande de mesurer l’épaisseur des plis de la peau et l’impédance bioélectrique3.

→VISIONNEZ NOS VIDÉOS ÉDUCATIVES POUR VOUS AIDER DANS L’ÉVALUATION ANTHROPOMÉTRIQUE DES ENFANTS ATTEINTS DE PARALYSIE CÉRÉBRALE

Il est recommandé de mesurer et de surveiller systématiquement le poids, la taille, la composition corporelle et l’état nutritionnel des enfants atteints de paralysie cérébrale afin d’ajuster leurs besoins nutritionnels en conséquence3. Après l’évaluation clinique, on doit discuter des besoins nutritionnels de l’enfant avec ses soignants.

L’introduction d’agents épaississants ou de suppléments nutritionnels oraux, tout en assurant une position et un soutien physique adéquats pendant les repas, constitue habituellement la première approche2. Si, malgré ces stratégies, l’enfant ne gagne pas de poids, des solutions plus poussées devront alors être envisagées, comme l’utilisation d’un tube de gastrostomie pour l’alimentation.

Vous trouverez plus de détails sur chaque stratégie nutritionnelle ci-dessous.

Références:

  1. Verrall TC et coll. Children with Cerebral Palsy: Caregivers’ Nutrition Knowledge, Attitudes and Beliefs. Can J Diet Pract Res. 2000;61(3):128-134.
  2. Bell KL et Samson-Fang L. Nutritional management of children with cerebral palsy. Eur J Clin Nutr. 2013;67 Suppl 2:S13-6.
  3. Scarpato E et coll. Nutritional assessment and intervention in children with cerebral palsy: a practical approach. Int J Food Sci Nutr. 2017; 68(6): 763-770.

Les enfants atteints de paralysie cérébrale qui présentent une dysphagie peuvent avoir des difficultés à avaler les aliments et liquides habituels. Les aliments solides peuvent être hachés, émincés ou réduits en purée afin de diminuer le travail de mastication ainsi que le risque de blocage des voies respiratoires. Les boissons et autres liquides peuvent devoir être épaissis afin d’être plus facilement ingérés par les enfants qui présentent une dysphagie oropharyngée. Les agents épaississants commerciaux sont pratiques et peuvent être facilement ajoutés aux liquides chauds et froids. Les jus et les soupes sont des exemples de liquides qui peuvent être épaissis. Fournir des explications sur les techniques de mesure et de mélange simple est une partie importante de l’éducation des soignants à considérer. L’épaisseur des liquides et la texture des aliments recommandés dans la prise en charge de la dysphagie varient selon les besoins particuliers de chaque enfant.

Les liquides peuvent être épaissis pour avoir différentes consistances selon les besoins de l’enfant.

Voici quelques exemples de consistances de liquide1,2:

consistency chart

Les aliments peuvent être modifiés pour avoir différentes textures selon les besoins de l’enfant.

Voici quelques exemples de modification de texture des aliments1-2:

consistency chart

Références:

  1. National Dysphagia Diet Task Force. National Dysphagia Diet: Standardization for Optimal Care. American Dietetic Association, 2002.
  2. Cadre de l’IDDSI - Définitions détaillées. www.IDDSI.org (International Dysphagia Diet Standardisation Initiative).
Nestlé Health Science

Lorsqu’un enfant perd du poids, des suppléments nutritionnels oraux peuvent s’avérer nécessaires pour fournir une nutrition adéquate. Ces suppléments sont riches en micro- et macronutriments, lesquels améliorent le régime alimentaire de l’enfant sans qu’il ait à consommer de grandes quantités d’aliments. Habituellement, la première recommandation est de prendre des suppléments nutritionnels oraux en plus des aliments réguliers. Ces suppléments se présentent sous différentes formes (poudres, boissons à base de lait ou mélanges s’apparentant à du pudding) et saveurs. Pour améliorer l’observance, ils peuvent être ajoutés aux aliments lors de leur préparation.

Un diététiste peut aider à déterminer la quantité et le type de suppléments que doit prendre l’enfant pour compléter son régime alimentaire total.

Un suivi initial après une période d’un à trois mois est habituellement recommandé, sauf pour les nourrissons et les enfants qui présentent un très mauvais état nutritionnel et qui doivent faire l’objet d’un suivi régulier à court terme.

Si le gain de poids est toujours insuffisant en dépit de l’introduction de suppléments nutritionnels oraux, une alimentation entérale (par sonde) pourrait devoir être envisagée1.

Références:

  1. Bell KL et Samson-Fang L. Nutritional management of children with cerebral palsy. Eur J Clin Nutr. 2013;67 Suppl 2:S13-6.
Nestlé Health Science

L’alimentation entérale est indiquée pour les enfants atteints de paralysie cérébrale qui ont un tractus gastro-intestinal fonctionnel. Elle doit être envisagée en présence des facteurs suivants1:

  • Des repas à durée prolongée qui limitent la participation de l’enfant à des activités scolaires et communautaires.
  • L’enfant et ses soignants éprouvent du stress au moment de l’alimentation orale.
  • L’aspiration durant l’alimentation contribue à des maladies respiratoires récurrentes ou empêche l’enfant d’apprécier son repas.
  • L’enfant continue de présenter un faible gain de poids et une faible croissance, malgré l’utilisation de suppléments nutritionnels oraux.

La préparation peut être administrée par goutte-à-goutte continu, bolus intermittent ou une combinaison de bolus nocturne continu et de bolus diurne intermittent. Vous devez, en accord avec d’autres professionnels de la santé, recommander la méthode la plus appropriée en fonction des besoins de l’enfant.

Même si un enfant n’est pas alimenté par voie orale, il demeure important de s’assurer qu’il est inclus dans les repas avec les autres membres de la famille2.

Il faut aussi offrir à l’enfant l’occasion d’exercer ses réponses sensorielles orales2. Le fait de travailler étroitement avec des orthophonistes et des ergothérapeutes peut réduire les risques associés à la dysphagie.

La décision de placer une sonde d’alimentation et de commencer l’alimentation entérale est difficile à prendre pour les soignants. Il est donc important d’aborder le sujet le plus tôt possible et de prévoir du temps pour en discuter et répondre aux questions1.

Votre aide et vos directives les aideront à surmonter les obstacles. N’oubliez pas que l’alimentation implique bien plus que de simplement fournir une nutrition adéquate1.

L’alimentation entérale peut être une solution temporaire jusqu’à ce que l’alimentation de l’enfant s’améliore et que son poids augmente ou elle peut être une solution permanente. Le choix de l’accès dépend de deux facteurs:

  • La durée prévue de l’alimentation
  • L’état clinique de l’enfant

Alimentation par sonde nasogastrique ou nasojéjunale

Ces formes d’alimentation sont privilégiées sur le court terme en raison du risque de délogement ou d’obstruction de la sonde, ce qui peut occasionner une irritation nasopharyngée1.

Dans certains cas, l’alimentation par sonde nasogastrique peut être utilisée avant l’insertion d’une gastrostomie afin de permettre la réadaptation nutritionnelle et l’évaluation de la tolérance1.

L’alimentation par sonde nasojéjunale, quant à elle, est indiquée pour les enfants présentant un reflux gastro-oesophagien et des vomissements graves ainsi qu’un risque accru d’aspiration.

Alimentation par sonde de gastrostomie (G) et jéjunostomie (J)

Sonde G

Cette voie d’alimentation est la voie privilégiée lorsqu’une alimentation entérale à long terme est requise.

Sonde J

Cette voie d’alimentation peut être réservée aux enfants présentant un reflux gastro-oesophagien et des vomissements graves.

Il existe une vaste gamme de préparations pour l’alimentation entérale.

Chaque préparation est adaptée aux besoins propres à l’enfant (p. ex. teneur calorique, teneur en fibres, teneur en protéines) et certaines sont même à base de vrais aliments.

→CLIQUEZ ICI POUR VOIR LES DIFFÉRENTS TYPES DE PRÉPARATIONS POUR ALIMENTATION ENTÉRALE

Références:

  1. Rempel G. The Importance of Good Nutrition in Children with Cerebral Palsy. Phys Med Rehabil Clin N Am. Fév. 2015; 26(1): 39-56.
  2. Arvedson JC. Feeding children with cerebral palsy and swallowing difficulties. Eur J Clin Nutr. 2013;67 Suppl 2:S9-12.

 

Nestlé Health Science

There is a wide range of tube feeding formulae available for children with cerebral palsy (CP). All types of formulae promote normal growth and development; however, the choice of formula depends on the status of the child’s GI tract.

Formulae differ in calorie content, protein quantity and source, as well as in fibre content. For example, polymeric feeds are usually the first choice to be used, as they provide a complete nutrition that mimics a normal diet, while whey peptide based formulae are specific for children with emesis (vomiting) and may help in reducing episodes of diarrhoea in GI-compromised children.

This is usually because whey peptide based formulae may be easier to digest, offer an improved feeding tolerance and are suggested by the ESPGHAN for children with CP who suffer from GORD.1

Here are examples of different types of formulae:2

Standard formula:

What is it?

A standard tube feeding formula is a formula that is designed for children who have a functional GI tract and normal digestion.

What are the advantages?

  • They contain intact nutrients and mimic a typical diet.
  • Some standard formulae can be used for both tube feeding and oral feeding, and some contain added ingredients, such as fibre, to promote regular bowel movements.

Peptide based formula

What is it?

A peptide based formula contains proteins that ‘have been broken down’ into peptides to facilitate absorption and digestion in children with impaired GI function (GORD, vomiting or tolerance issues)

What are the advantages?

  • Whey* peptide based formulae are specifically designed for those who have an abnormal functioning of the GI tract. These types of formulae facilitate gastric emptying, nutrient absorption, for an enhanced energy and protein delivery, and gut function preservation, and they also ensure gastrointestinal tolerance.3
  • They may reduce the number of vomiting, regurgitation and diarrhoea episodes, while supporting optimal nutrient absorption and digestion.4

*The whey is the watery part of milk that separated from the curds. The protein in cow’s milk is 20% whey protein and 80% casein protein.5

We believe that hearing the stories of how families coped with CP can help you gain a deeper understanding of what they go through.

→Click here to watch the real stories we have compiled from caregivers

 

References:

  1. Romano C et al. European Society for Paediatric Gastroenterology, Hepatology and Nutrition Guidelines for the Evaluation and Treatment of Gastrointestinal and Nutritional Complications in Children With Neurological Impairment. J Pediatr Gastroenterol Nutr. 2017;65(2):242-264.
  2. NHS, Learning About Nutrition. Available at: https://www.nestlehealthscience.us/mytubefeedingkid/learning-about-nutrition
  3. Alexander D et al. Nutritional and health benefits of semi-elemental diets: A comprehensive summary of the literature. World J Gastrointest Pharmacol Ther. 2016;7(2):306-19.
  4. Minor G et al. Formula Switch Leads to Enteral Feeding Tolerance Improvements in Children With Developmental Delays. Glob Pediatr Health. 2016;3:2333794X16681887.
  5. Savino P. Knowledge of constituent ingredients in enteral nutrition formulas can make a difference in patient response to enteral feeding. Nutr Clin Pract 2017:884533617724759
Nestle Health Science