ONCOLOGIE/CANCER

Au cours des dernières décennies, les progrès thérapeutiques ont fait considérablement évoluer le traitement du cancer, qui ne se concentre plus sur la maladie, mais sur le patient dans son ensemble. Cette nouvelle approche globale englobe tous les facteurs qui peuvent contribuer à améliorer la qualité de vie. Dans ce changement de paradigme, un bon apport nutritionnel joue un rôle important.

Cancer: derrière ce mot se cachent de nombreuses maladies, dont plus de 100 types de cancers différents. Elles ont toutefois une cause commune, le fait que des cellules anormales se divisent de manière incontrôlée et acquièrent la capacité d’envahir d’autres tissus1. La majorité des cancers sont nommés en fonction de l’organe touché (p. ex. le cancer du sein) ou du type de cellules à partir desquelles ils se développent (p. ex. le mélanome, un cancer de la peau qui touche les cellules appelées mélanocytes)3

En 2015, on estime qu’il y aura 1 658 370 nouveaux cas de cancer diagnostiqués et 589 430 décès attribuables au cancer aux États-Unis1

Grâce aux progrès thérapeutiques des dernières décennies, comme le dépistage précoce et l’amélioration des traitements, l’espérance de vie de millions de patients atteints de cancer a augmenté avec le temps. D’ailleurs, au 1er janvier 2014, 14,5 millions d’Américains ayant des antécédents de cancer étaient en vie1. La prise en charge du cancer, qui se concentrait sur le traitement de la pathologie au sens strict, a même évolué vers une approche plus globale, centrée sur le patient dans son ensemble, et non plus uniquement sur le cancer. Cette approche inclut également un mode de vie sain, avec de bonnes habitudes, comme pratiquer un sport, dormir suffisamment, ne pas fumer, gérer le stress et avoir une bonne alimentation. De fait, un bon apport nutritionnel peut aider les patients à mieux tolérer les traitements anticancéreux, et les modifications du régime alimentaire peuvent contribuer à la prise en charge des symptômes.

1. American Cancer Society. Cancer Facts & Figures 2015. Atlanta: American Cancer Society; 2015

2. Huhmann M, Camporeale J. Supportive care in lung cancer: clinical update. Mai 2012;28(2):e1-10.

3. http://www.cancer.gov/cancertopics/pdq/supportivecare/nutrition/HealthProfessional/page4

Lire plus
Fermer

De 15 à 25 % des patients atteins de cancer présentent une perte d’appétit au moment du diagnostic.


Source: http://www.cancer.gov/cancertopics/pdq/supportivecare/nutrition/HealthProfessional/page1#section_1.3. Consulté en décembre 2014.

<h2>Retrouver l’appétit</h2>

RETROUVER L’APPÉTIT

Une activité physique régulière et un environnement calme et agréable au moment des repas peuvent aider à améliorer l’appétit. Des petits repas riches en protéines et en calories, à une à deux heures d’intervalle, peuvent être préférables aux trois repas traditionnels plus copieux. Des plats en petite quantité peuvent être préparés à l’avance et stockés pour être prêts dès que le patient a faim.


Source: http://www.cancer.gov/cancertopics/pdq/supportivecare/nutrition/HealthProfessional/page4

Consulté en décembre 2014.

<h2>Contrôler les nausées et les vomissements</h2>

CONTRÔLER LES NAUSÉES ET LES VOMISSEMENTS

Les nausées et les vomissements sont des effets indésirables fréquents des traitements anticancéreux. Il peut être judicieux de manger avant les traitements anticancéreux, plutôt qu’après, ou de prendre les médicaments prescrits avec de la nourriture pour atténuer ces effets secondaires.


1. http://www.cancer.gov/cancertopics/pdq/supportivecare/nausea/HealthProfessional/page6

Consulté en décembre 2014.

2. http://www.cancer.gov/cancertopics/pdq/supportivecare/nutrition/HealthProfessional/page4

Consulté en décembre 2014.

<h2>Maîtriser la diarrhée</h2>

MAÎTRISER LA DIARRHÉE

La diarrhée peut être une conséquence du cancer ou de son traitement*. Pour prévenir la déshydratation et les carences en minéraux, il est recommandé de boire beaucoup. Si le patient n’a pas envie de boire des liquides, les pops glacés ou la gélatine sont des options envisageables. L’équipe de soins de santé peut suggérer l’utilisation de solutions réhydratantes par voie orale.


Source: http://www.cancer.gov/cancertopics/pdq/supportivecare/nutrition/HealthProfessional/page4

Consulté en décembre 2014.